IEO Edicions
Las domaisèlas (seguit de) l'Òme que èri ieu
Parution : 16/12/2015
ISBN : 9782859105440
188 pages
13,5 x 18
14.00 €
Joan BODON
Las domaisèlas (seguit de) l’Òme que èri ieu
Espinergue, petite principauté toute entière organisée pour le tourisme, est l’arrière-plan que pose Bodon dans son dernier roman, un conte fantastique inachevé satirique et amer : « Amis touristes, visitez le parc national de l’Espinergue !» La mort le faucha sur une phrase commencée le 30 avril 1975?.
Inachevé également, mais pour des raisons très différentes, l’òme que èri ieu est un roman sur le thème de la feminisation. Écrit en 1960, il a été abandonnée par son auteur qui nous en laissa un manuscrit incomplet de 42 pages.
Espinergue, petita principautat de qual la vida s’organiza a
l’entorn del torisme, es lo rèireplan que nos prepausèt
Joan Bodon dins son darrièr libre, Las domaisèlas, un conte
fantastic, satiric e amar. La mòrt lo dalhèt sus una frasa
començada lo 30 d’abril de 1975.
Inacabat tanben, mas per rasons diferentas, L’òme que èri
ieu es un roman sul tèma de la feminizacion. Escrich en
1960, foguèt abandonat per l’autor que daissèt un manuscrich
incomplet de 42 paginas.

Jean BOUDOU (Joan BODON en occitan)(Crespin, 11/12/1920 - Algérie, 24/02/1975), est un des grands écrivains du monde moderne. Marqué par l‘imaginaire du conte, il aborde dans son oeuvre des thèmes universels ou bibliques pour parler de son intimité avec la langue occitane qu’il voit décliner.
Joan BODON (Jean BOUDOU en francés) (Crespin, 11/12/1920 - Argeria, 24/02/1975), es un dels grands escrivans del mond modèrne. Marcat per l’imaginari del conte, tracta dins son òbra de tèmas universals o biblics per parlar de son intimitat amb la lenga occitana que vei demesir.

A quin airal, sus quina mofa, los caçaires d’un còp èra trobèron aquela filha blanca, còrfalida, tombada d’agani-ment ? Es dempuèi que se ditz lo riu de l’Avanida.
Ni mai èra pas mòrta, la paura ela. Los caçaires li metèron una cogorda entre dents per la forçar de beure una esclaca d’aigardent. Amb de correjas liguèron quatre fusilhs en mòda de baiard e sieguèron la filha dessús, mièja reviscolada. La portèron de dos, per aquel vial… Los autres la tenián… Plan doçament.
Un conte, tot aquò, un conte, se pensa Clamenç. Una regardèla. Sus la mofa, la filha blanca, avanida, que s’abandona… Un desvari… Ni mai la lèbre que se trapa pas viva al jaç…
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net | Graphisme www.charlottelambert.net | IEO Difusion - IEO/IDECO - ZA plaine St-Martin - 81700 Puylaurens Remonter Repojar