la librariá IDECO
Morta e viva
Parution : 12/12/2009
ISBN : 9782916718200
184 pages
16 x 24 cm
20.00 €
Miquèu DE CAMELAT
Morta e viva
Edicion establida per Joan Salles-Loustau
Morta e Viva, jamés reeditada despuish 1951, qu’ei publicada adara en grafia classica per Joan Salles-Loustau.
Ací qu’avetz la Cançon de la Gasconha, òbra hita de la literatura occitana modèrna, on Miquèu de Camelat hè devisar los poètas qui cantan las hèitas e los malastres de l’istòria, en som deu pic d’Aussau.
Saunei visionari e epic, Morta e Viva qu’ei l’òbra la mei personau e pregona d’un poèta màger, òbra qui cau léger tà conéisher de vertat la pensada e l’engèni de Camelat.

Michel Camélat (plus connu sous son nom gascon Miquèu Camelat) (1871, Arrens - 1962, Tarbes) est un commerçant, dramaturge, poète et écrivain français en langue gasconne.
Né le 26 janvier 1871 à Arrens, en Bigorre, dans le Lavedan, département des Hautes-Pyrénées, Michel Camélat (Miquèu Camelat) est le fils unique d’un cordonnier. Après des études secondaires au petit séminaire de Saint-Pé-de-Bigorre, il refuse de devenir prêtre et doit revenir chez lui en 1887 où il se consacre au gascon et à sa littérature. C’est alors qu’il découvre l’œuvre des Félibres. En 1890, il obtient un premier prix de poésie à la Félibrée de Tarbes et rencontre Simin Palay avec qui il lance en 1893 l’« Armanac Gascoun ». Il décide alors d’abandonner le gascon "lavedanais" de son village pour le béarnais qui lui permettra d’être lu dans toute la Gascogne. En 1896, il participe à la fondation de l’Escole Gastou Febus qui fédère le Félibrige gascon, puis à celle de sa revue « Reclams » en 1897. C’est l’année où il se marie avec Catherine Augé et s’installe définitivement à Arrens dont il sera le maire de 1900 à 1904. Le couple aura quatre enfants, dont deux mourront en bas âge. Reconnu par le Félibrige depuis la parution de « Beline », Camélat dirige de 1910 à 1914 le bimensuel populaire gascon « La Bouts de la Terre », à la ligne plus autonomiste que « Reclams ». Après avoir été mobilisé pendant la première guerre mondiale, il se lie d’amitié avec le poète André Pic. Il meurt le 19 novembre 1962 chez sa fille à Tarbes.
Très influencé par Frédéric Mistral, Camélat a écrit trois épopées et drames en vers gascons : Beline en 1899, Mourte e Bibe en 1920 et Lole en 1939. Très attiré par le théâtre, il est aussi l’auteur de « divertissements » comme Griset nouste en 1911, Roubi lou sounadou et A l’aygue douce nou-b hidet en 1912 et Lou darrè Calhabari en 1916. Sans oublier sa tragédie de Gastou-Febus, écrite en 1914. Il est aussi l’auteur de poésies et de nouvelles réunies dans L’espigue aus dits en 1934 et Bite-bitante en 1937. Plus des anthologies consacrées à la littérature gasconne comme Garbe de pouesies en 1928 ou Garbe de proses en 1933.
Miquèu de Camelat (1871, Arrens - 1962, Tarba) foguèt comerçant e subretot dramaturg, poèta e escrivan gascon. Es un dels escrivans gascons mai famoses gràcias a son òbra màger Beline.
Camelat nasquèt lo 26 de genièr de 1871 a Arrens, en Lavedan, dins lo departament dels Pirenèus Nauts. Miquèu de Camelat èra lo filh unic d’un pegòt. Aprèp d’estudis segondaris al pichòt seminari de Sant Pèr de Bigòrra, acceptèt pas de venir capelan e deguèt tornar en çò sieu en 1887 que comencèt de se consacrar al gascon e a la literatura occitana. Foguèt en aquel temps que descobriguèt l’òbra dels Felibres. En 1890, obtenguèt un primièr prèmi de poesia a la Felibrejada de Tarba e rescontrèt Simin Palai qu’amassa sortiguèron en 1893 l’«Armanac Gascoun». Foguèt alara que decidiguèt de laissar son gascon d’Arrens en favor del bearnés que li permetèt d’èsser legit dins tota Gasconha. En 1896, participèt a la fondacion de l’Escòla Gaston Febus que federèt lo Felibritge gascon, puèi a la naissença de la revista «Reclams de Bearn e Gascounhe» en 1897. Aquela meteissa annada se maridèt amb Catherine Augé e s’installèt definitivament a Arrens que ne foguèt cònsol de 1900 a 1904. Lo parelh aguèt quatre enfants, que dos moriguèron pichonèls. Reconegut pel Felibritge tre la parucion de Belina, Camelat dirigiguèt de 1910 a 1914 lo bimesadièr popular gascon «La Bouts de la Terre», de linha mai autonomista que «Reclams». Aprèp que foguèt mobilizat pendent la Primièra Guèrra Mondiala, s’amistancèt amb lo poèta Andrieu Pic. Se moriguèt lo 19 de novembre de 1962 en çò de sa filha a Tarba.
L’òbra de Camelat es immensa e divèrsa. D’en primièr cal citar sas doas epopèias, Belina (1899) e « Mourte e Bibe » (Morta e Viva) en 1920, per las qualas volguèt donar a la literatura gascona la dignitat que li mancava, coma Mistral, que Camelat considerava coma son mèstre, o aviá jà fach amb Mirèlha e Calendau. Foguèt tanben autor de poesias reünidas dins « L’espigue aus dits » (L’espiga aus dits) en 1934. Fòrt atirat pel teatre, escriguèt dos dramas en vèrs, « Gastou-Febus » (Gaston Febus), en 1914, e « Lole » (Lòla) en 1939, e tanben de « divertiments » coma « Griset nouste » (Griset noste) en 1911, « Roubi lou sounadou » (Robin lo sonador) e « A l’aygue douce nou-b hidet » (A l’aiga doça no’vs hidetz) en 1912 e « Lou darrè Calhabari » (Lo darrèr Calhavari) en 1916. Pasmens, de sas òbras, la mai accessibla al lector de uèi es bensai « Bite-bitante » (Vita vitanta), un recuèlh de novèlas publicat en 1937.

Camelat foguèt tanben critic literari, amb d’articles dins la revista Reclams, es es l’autor d’una istòria de la literatura gascona, « La literature gascoune de las hounts prumèras à oey lou die » (La literatura gascona de las honts prumèras a uei lo dia), e mai d’antologias consacradas a la literatura gascona destinadas a las escòlas: « Garbe de pouesies » (Garba de poesias) en 1928 o « Garbe de proses » (Garba de pròsas) en 1933.

(Sorga wikipedia)

Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net | Graphisme www.charlottelambert.net | IEO Difusion - IEO/IDECO - ZA plaine St-Martin - 81700 Puylaurens Remonter Repojar