MINIUSSI Michel

Michel Minuissi est né à PARIS le 15 août 1956.

Il passe sa jeunesse à Cannes dans sa famille maternelle, provençale de longue tradition. Vers 17 ans, il entre en contact avec le groupe de langue occitane de Nice et participe activement à la parution de leur revue "la Beluga".

Il poursuit ses études universitaires à Montpellier, sous la direction de Robert Lafont et se spécialise dans la littérature occitane dont il devient un élément actif, rigoureux dans son écriture, brillant et créateur.

Conservateur de bibliothèque en Pays d´Oc, il entretient une correspondance riche et régulière avec les écrivains de langue occitane.

Par ailleurs, il écrit et publie, souvent anonymement ou sous un pseudonyme, dans la revue OC, dont il devient rédacteur dès 1986, de lettres, notes littéraires, études d’auteurs, poèmes, essais...

En 1988, paraît son premier roman, Jiròni, aux éditions Jorn/Fédérop (présenté par Robert Lafont).

Tombé gravement malade en 1981, il poursuit avec ténacité son œuvre écrite et continue à promouvoir efficacement la revue OC, faisant preuve d’exigence dans le choix des textes publiés, comme dans leur qualité littéraire.

Son deuxième roman, dont le manuscrit est confié aux éditions OC peu avant sa mort, Lei Passatemps, paraît au début de l’année 1994 et lui vaut le Prix littéraire Antigone, la même année à Montpellier.

Michel Miniussi décède le 9 Janvier 1992, en laissant une somme considérable d’écrits non encore publiés.
Michel Miniussi es nascut a Paris lo 15 d’agost de 1956.

Passa sa joinessa a Canas sins sa familha mairala, provençala de longa tradicion. A l’entorn de 17 ans, encontra lo grop de lenga occitana de Nissa e participa activament a la parucion de lor revista "La Beluga".

Perseguís sos estudis universitaris a Montpelhièr, sota la direccion de Robert Lafont e s’especialisa dins la literatura occitana per ne venir un element actiu, rigorós dins son escritura, brilhant e creator.

Conservator de bibliotèca en País d’Oc, entreten una correspondééncia rica e reguara amb los escrivans de lenga occitana.

De mai, escriu e publica, sovent jos anonimat o amb un escais, dins la revista OC, e ne ven redactor tre 1986 de letras, nòtas literàrias, estudis d’autors, poèmas, ensages...

En 1988, paréis son primièr roman, Jiròni, editat per Jorn/Fédérop (presentat per Robert Lafont).

Gravament malaut tre 1981, perseguís amb tenacitat son òbra escrita e contunha de promòure eficaçament la revista OC, totjorn exigent dins la causida dels tèxtes publicats, coma dins lor qualitat literària.

Dins son segon roman, que lo manescrit n’es balhat a las edicions OC pauc abans sa mòrt, Lei Passatemps, paréis a la debuta de l’annada de 1994, çò que li val lo Prèmi literari Antigone, la meteissa annada a Montpelhièr.

Michel Miniussi defunta lo 9 de genièr de 1992, daissant una soma considerabla d’escriches non encara publicats.
Bilingue occitan-français
© Stéphane Lombardo, Jean-Pierre Tardif & Frédéric Voilley - Traduction française

© Véronique Champollion – Illustrations

Maquette : Jean-Marc Latapie
« Pousser le vice, de cette sorte, jusqu’à la chasteté, dépasser le trouble coupable jusqu’à l’innocence, voilà qui promet. Ce livre éclate dans la littérature occitane comme une menue vague sur la plage de Nice, avec un fracas discret mais qui risque de résonner longtemps. Qu’il nous parvienne de l’Occitanie fleurie, rien à cela d’étonnant : des frôlements, des froissements d’anémones, qu’effleure Anémos, le vent. Il convient de s’en méfier, bien entendu. Livre d’adolescence, il sourit moins d’ambiguïté que de perfidie, et le souffle, toujours retenu, les situations, d’une nonchalance indifférente, laissent glisser des éclairs de moquerie, qui peut-être ne sont destinés qu’à nous. Au moindre contact déplacé, la fleur, la vague se retirent. Moins des pages que des reflets qui passent. Une si cruelle élégance, un tel chic ne siéent qu’au diable. »
Editat per Les Amis de Michel Miniussi & Jorn
© Frédéric Voilley – Traduction française

© Bernard Manciet – Illustrations

Maquette : Jean-Marc Latapie
Prix Antigone ville de Montpellier 1994
© Robert Lafont – Traduction français
e
© Bernard Manciet – Illustrations

Maquette : Jean-Marc Latapie
Prix Antigone ville de Montpellier 1994

Miquèu MINIUSSI aurà traversat la literatura d’òc sota lo signe d’una elegància culturala e d’una distinccion de l’èime. Elegancia d’aver causit l’expression occitana non pas coma un enrasigament dins l’espés dei determinacions atavicas, mai coma un païsatge de lòme e de l’art. De familha se confrontava d’un costat a Provença, de l’autre anava prene la mesura de la poësia e dau sègle devers Trieste, ont li moriguèt un parent, pauc abans sa pròpria fin, poëta requist en un autre encastre de Mar Mediterranèa, e de la malautià pariera.
Coma o pròvan sei cronicas d’OC, MINIUSSI èra un dei mai perfièchs coneissèires de l’escritura occitana dau passat (escolèt d’annadas a Montpelhier en voluptats intellectualas a ne tastar lei chucs) e un dei pus fins pagelaires dei capitadas d’ara.
Amb una delicatesa de pluma pacientament apresa, escriguèt per se bèu primier d’àutrei cronicas, aquélei d’una generacion sus un marge (de mar, de mond, dei sentidas) ont caup tot un univers d’esmòus e lo tragic d’una destinada dins la florida congostada de la joventut. Ne demòra JIRONI, sens nom d’autor (Federòp-Jorn 1988). Avià d’aquela maniera, qu’es rèn que sieuna, trobat l’aisina d’un mestritge de la lenga e de la pròsa. Podiàn venir Lei Passatemps en omenatge a BELAUD (un autre grand artista dau marge de l’òrdre e dau plen de l’art). Venguèron lentament, en capìtols cortets, per cernir lei cretas dins lei quites plasers e dins l’enueg d’una existéncia de lesers amonedats.
Lo legèire, occitan ò pas, es pregat de pas s’enganar. La distància que mantèn aquì la lenga provençala de tradicion literària amb una gent vestida e rosegada de superficialitats mondanas, e que laissa lo francés i faire sa marca d’autenticitat (inversion radicala dei poncius nòstres), aquò’s pas soncament teneson critica. Aquò’s cerca d’una ascla dins l’òme, dins lo temps de viure, dins lo balèti monotòn dei plasers, ont se descuerp una dignitat, qu’en mai de se perfilar sus la “Côte”, s’aprefondìs fòra lo “Midi” ò dins
Réalisation : William Dodé - www.flibuste.net | Graphisme www.charlottelambert.net | IEO Difusion - IEO/IDECO - ZA plaine St-Martin - 81700 Puylaurens Remonter Tornar pujar